La charte

La Charte de l’école de Tarot :

A ce jour, il n’existe aucune réglementation qui permet de « cadrer » la pratique de cette profession. C’est regrettable car n’importe qui peut se déclarer « voyant ».

Pour ces raisons, les dérives peuvent être nombreuses.

Un manque de connaissance, mais aussi une grande solitude, aucune structure officielle permettant de conseiller, d’informer, n’est existante pour soutenir le praticien dans cette noble tâche. Bien que ce métier soit passionnant et très enrichissant, il y a aussi les côtés sombres et obscurs. Notamment la rencontre avec les « consultants » qui nous amène à nous rencontrer nous même tout d’abord. Puis les expériences de consultations qui nous amènent à traverser toutes sortes d’obstacles et de difficultés (psychologiques notamment).

Ce n’est pas sur la « qualité » de la voyance que notre travail s’articule, mais bien sur les outils qui peuvent nous permettre de développer les dons que nous possédons tous.

Charte de l'école

  • Ne pas forcer une personne à connaître son avenir si elle ne le souhaite pas.
  • Refuser de se montrer en spectacle. Faire une voyance au cours d’une soirée ou en public n’a de valeur que pour celui qui le fait, une façon de se mettre en avant, mais certainement pas d’aider son prochain.
  • Ne pas annoncer d’évènement sans en mesurer les conséquences.
  • Ne pas être fataliste.
  • Respecter l’autre et ne jamais juger la personne qui consulte.
  • Garder une totale confidentialité de l’entretien. Le voyant est une sorte de confesseur, de confident. Nous sommes tenus à ce titre de garder le secret le plus absolu sur les problèmes exposés au cours de la consultation.
  • Garder le don de sympathie et d’écoute. Notre rôle est de donner des conseils judicieux, des directives profitables et non débiter un tas de projections personnelles.
  • Se mettre au service de l’autre (et non inversement) pour capter au mieux ses ondes, rassembler toutes les informations (généralement cachées) et les mettre à son service.
  • Ne jamais laisser repartir un consultant sans lui laisser entrevoir une lueur d’espoir.
  • Rester neutre dans toutes circonstances.
  • Accepter l’erreur et chercher à progresser sans relâche.
  • Refuser la magie et toute autre forme de « domination » potentielle sur l’autre.
  • Accepter de faire un travail personnel sur soi afin de comprendre notre propre nature avant d’envisager comprendre celle des autres. C’est en faisant un travail d’analyse personnelle que nous pouvons enrichir notre connaissance de l’âme humaine.